La carte représente l'outil de paiement le plus utilisé pour les achats sur la toile.

En effet, le nombre de cartes actives atteint les 81 millions sur le sol français. D'ailleurs, la plupart des établissements financiers encouragent son utilisation.

Néanmoins, les consommateurs commencent à se tourner vers d'autres moyens de paiement.


Le choix du moyen de paiement

Le choix du mode de paiement varie d'après le type d'achat du consommateur.

En effet, les acquéreurs privilégient les moyens de paiement les plus simples lors de l'acquisition d'articles de maison, de téléphonie, de high-tech et d'habillement. Par conséquent, Internet constitue la référence en termes d'acquisition pour ce type d'achat. Cependant, les acheteurs sortent leur argent en espèce pour les dépenses en bricolage ou en jardinage. Le chéquier demeure à ce jour un moyen prisé pour les dépenses de santé.


D'ailleurs, les commerçants observent une mutation des habitudes des clients. Effectivement, les consommateurs connectés exigent des modes de paiement plus sécurisés et simplifiés, suivant les technologies modernes de transaction. Le nouveau challenge des moyens de paiement est donc de répondre à ces besoins. Les paiements sur mobile et le portefeuille électronique font aujourd'hui fureur auprès des cyberconsommateurs.


La CB, la plus recommandée

Le règlement par CB attire 8 Français sur 10. Effectivement, cet outil de paiement est le plus popularisé en raison de sa facilité d'usage et sa garantie de confidentialité en ce qui concerne les données clients. De plus, l'intégration de cet instrument de paiement représente un atout majeur sur le plan commercial. D'ailleurs, son utilisation offre une gestion simplifiée, une trésorerie optimisée et un équipement sûr et évolutif aux sites marchands. De plus, le système de la CB s'adapte facilement à la taille de l'entreprise qu'elle soit une PME, une firme ou une simple boutique en ligne.


Par ailleurs, les clients francophones plébiscitent la CB pour sa rapidité et sa fiabilité. De surcroît, son aspect pratique facilite son transport et supprime les encombrements. De plus, l'intégration des protocoles de sécurité comme la 3D Secure et l'e-Carte Bleue renforcent davantage la garantie de confidentialité des informations bancaires. D'ailleurs, certains sites marchands offrent un service à la clientèle pour assister les internautes lors de l'acquisition. Cette assistance optimise la confiance du client.


Pour plus de sécurité

Dans un souci de sécurité, les services de paiement en ligne est capital pour le paiement par CB. De plus, la multiplicité des services proposés permet une meilleure adaptation aux besoins réels du consommateur. En termes de solution de paiement, les pionniers du secteur proposent des solutions de paiement rapides, efficaces et ajustées aux exigences des cyberconsommateurs. De surcroît, ces systèmes de paiement s'implantent aisément dans la page du commerçant.


Toutefois, les services proposés s'accompagnent d'un tarif de transaction considérable. Cette lourde contrainte amoindrit le bénéfice de l'e-marchand. Justement, la fintech Oyst propose la première solution complète « FreePay » 100 % libre. En supprimant les coûts de transaction, cette offre augmente la marge bénéficiaire de l'entreprise. De plus, la création d'un compte client Oyst permet aux consommateurs de bénéficier du bouton « 1-Click » pour simplifier la procédure de paiement après l'acquisition.

Oyst press

Oyst press

Une start-up aux origines diverses Oyst (oyst.press/) a été officiellement présentée à Paris, pendant le E-commerce Paris. Oyst est, tout comme les nombreuses start-ups créées par Julien Foussard,......

La fintech Oyst veut imposer les commandes en un clic, Actu - Les Echos Business

La fintech Oyst veut imposer les commandes en un clic, Actu - Les Echos Business

L'entreprise réinvente le e-commerce Grâce à l’achat en un clic, la société espère bien se faire une place de choix dans le secteur du commerce en ligne. Paiement sur internet, e-commerce et web......

Twitter Oyst

Twitter Oyst

Oyst (Page web - Oyst) n’a pas de concurrents directs et la start-up fera le nécessaire pour conserver cette longueur d’avance. Le e-commerce est aujourd'hui un marché de 1 500 milliards d'euros au niveau......